JADE 2 : Interprétations sociales des objets-signes en jades alpins dans l’Europe néolithique

Publié le par crava

 

Les concepts d’échange, de circulation et de réseaux sont aujourd’hui des points particulièrement forts des problématiques sur le Néolithique européen.


Un précédent projet ANR « JADE » (2006-2009) a été consacré aux haches en jades alpins, qui ont circulé en Europe occidentale pendant les Ve et IVe millénaires av. J.-C. Des transferts de haches ont été identifiés sur des distances de 1 700 km à vol d’oiseau, jusqu’aux rivages atlantiques et à la Mer Noire. L’image qui se dégage des cartes de répartition et des contextes de dépôt est celle de sociétés fortement inégalitaires où les échanges était contrôlés par les puissants, avec la manipulation d’objets consacrés ou sacrifiés qui touchaient le domaine de la compétition et de l’affichage social bien sûr, mais aussi les rituels religieux, la mythologie et la reproduction idéelle des sociétés.


A cette Europe occidentale du jade venait s’opposer une Europe orientale du cuivre. Cette bipartition de l’Europe néolithique, avec deux systèmes de valeurs sociales, modifie profondément les hypothèses sur la dynamique évolutive du Néolithique.


Le nouveau projet, JADE 2 (2013-2015), est une approche sociale des contextes de découverte des jades néolithiques en Europe, pour appréhender les interprétations idéelles variables (associées à différents fonctionnements sociaux) d’objets-signes remarquables, en comparant les centres de production d’une part (Alpes occidentales et Piémont) et les périphéries de l’Europe du jade d’autre part. Il apparaît en effet que les fonctions sociales des jades ont vraisemblablement été réinterprétées au cours des transferts à travers les groupes culturels qui divisaient l’Europe entre l’Atlantique et la Mer Noire. En réalisant un inventaire complet des jades et de leur contexte de dépôt, en particulier en Europe centrale et dans les Balkans, l’enjeu de ce nouveau projet est donc la reconstitution d’une partie des dynamiques sociales et historiques à l’œuvre de la fin du VIe jusqu’au début du IVe millénaire, en approchant les concepts idéels qui sous-tendaient la circulation à longue distance des grandes haches et des anneaux-disques alpins dans un réseau qui pu couvrir 3 000 km d’est en ouest.


Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article